Tokyo, 11h, 20 mars

Mes room mates sont sympa : un espagnol, un asiatique et un je de type Européen, dont je ne connais pas la nationalité. L'asiatique va visiter le marche au poisson de Tsukiji samedi et a accepte que je l'accompagne. Ils ont été épatés que je parte plus ou moins a l'improviste, ne réservant que l'avion et l'hôtel.
Ma première journée a Tokyo. Apres une nuit agitée (chaleur puis fraîcheur, réveil du colloc' qui sonne pendant une demi-heure), une légère grasse mat' et un petit dej', je me lance a l'aventure. Première étape : le quartier d'Asakusa, juste a cote de hôtel Depuis ma chambre j'ai vue sur le parc d'attraction de Hanayashiki. Il possède la montagne russe la plus ancienne du Japon, pour 900 Â¥ (7,2 €) les petits comme les grands peuvent s'amuser. Le long du parc, de petites boutiques implantées dans les bâtiments pseudo-traditionnels vendent sucreries et souvenirs divers. Plus loin on trouve plusieurs temples : celui d'Asakusa-Kannon, le sanctuaire d'Asakusa (ou se déroulait un mariage quand je suis passe) et la pagode a cinq étages d'Asakusa, le tout entoure de petits parcs traditionnels.
En face du temple d'Asakusa-Kannon se trouve la Nakimase-dori, une rue commerçante pleine de pièges a touriste. J'y ai grignote quelques spécialités artisanales pour midi : deux yakitoris (une de boeuf, une de langue, de porc probablement), brochettes marinées puis grillées au barbecue, ainsi qu'une pomme de terre a l'eau. 500 Â¥ (4 €) la brochette et 400 Â¥ (3,2 €) la patate, ça fait mal... Par contre la banane au chocolat a 200 Â¥ (1,6 €) c'est excellent. Autre expérience, mais réussie cette fois : le distributeur automatique. Je voulais du thé, mais tout était écrit en Japonais. J'ai donc fait appel à la serviabilité du premier autochtone de passage pour obtenir un thé pas trop sucre. Je l'ai bien eu et surprise, le thé était chaud dans sa canette!! Ils sont très forts ces Japonais. J'ai aussi vu un gamin avec des chaussures qui font pouet à chaque pas, comme Sophie la girafe. Ca doit être chiant à la fin... Ils sont fous ces Japonais!
La Nakimase-dori est bornée au Nord par la porte Hozo-mon et au sud par Kaminari-mon, mais tout le quartier est plein de commerces. On dirait les passages a Paris (passage des Panoramas) mais en plus grand.
Apres cette visite touristique, je suis parti en quête d'une banque pour tirer des sous. Et j'en ai essaye plusieurs avant de trouver la "Japan Post Bank", une des seules a accepter les cartes étrangères. Sur le chemin je suis entre dans une boucherie : l'entrecôte est a 10,200 Â¥ (80 €) le kilo!! Ca fait mal...
Une fois le cash récupéré, j'ai recharge mon PASMO pour pouvoir voyager tranquille.

Tokyo "U", 15h
Plus tard dans l'après-midi, j'ai décidé d'aller a Tokyo U (University), considérée comme la meilleure du Japon. Il faut savoir que les étudiants Japonais ne passent pas le bac, mais des concours d'admission aux universités. Que le meilleur gagne. Je connaissais Tokyo U de réputation, mais aussi pour son amphithéâtre principal, le Hall Yasuda, visible dans plusieurs "animes". Le campus est très sympa, ça vaut bien Berkeley (CA, USA). Je suis tombe par hasard sur le "dojo", ou commençait un cours de kendo. J'ai eu la chance d'y assister, c'est impressionnant! (J'ai plein de vidéos).
Au retour je me suis fait une fois de plus une remarque sur l'architecture Tokyoïte. Vous avez suivi la première non ? Les escaliers et couloirs d'immeuble en façade. Et bien en plus de ça, les immeubles ne sont pas colles les un aux autres comme a Paris, mais espaces de 30 a 150 cm. Ca fait toujours bizarre ces espaces entre deux, on peut a peine y passer. Parfois ce ne sont pas des immeubles mais des maisons que je qualifierai de classique. Vous savez, ces maisons en carton-platre que l'on voit dans les mangas. Ca fait vraiment cheap.

Tokyo, Asakusa, 19h
Petite pause après cette première journée. Je blogue et après je vais essayer d'aller manger avec les "collocs".

Tokyo, Asakusa, 21h
J'ai bien mange mais les sushis ce sera pour une autre fois. Mon collocs asiatique qui est en fait américain et dont j'ai appris le nom : Ron, m'a emmené dans un resto de Udon. Les Udon c'est des grosses nouilles tu dirait des coquillettes, mais longues comme des spaghettis et pleines. Ou des spaghettis de l'épaisseur des coquillettes. Elles sont servies dans un bouillon avec des légumes, en accompagnement du plat principal. Je ne saurais pas vous donner le nom du plat principal vu que c'est écrit en Japonais. Je vous mettrai des photos les japonophones nous le dirons. Le plat principal donc était compose d'un genre d'escalope Milanaise posée sur du riz. Quand j'ai eu mange tout ça je n'avais plus faim.
Maintenant la question du jour : quel est le prix de ce repas ? Réponse au prochain article, si j'y pense.