Ces derniers temps je me prépare doucement mais sûrement à déménager. Je range, je nettoie, je fait briller pour pas avoir tout à faire au dernier moment. Et la dernière action commando dans ce domaine, c'était le nettoyage de mon clic-clac. Pour la housse, je ne me suis pas embêté -> Pressing. Mais pour les coussins, c'est une autre affaire...

Examinons le cobaye :

Voici donc un magnifique coussin de tissu bleu, avec deux morceaux de cordelettes se croisant autour d'un bouton. Jusque là, pas de problème, je me dis qu'il suffit d'enlever la housse. Après analyse rapide, l'ouverture s'est avérée cousue. Je cours alors chez le marchand acheter un découseur, du fil et des aiguilles. Me voici armé, À L'ATTAQUE !!!

Et là, c'est le drame :

Y'a pas de housse, le rembourrage est à même le tissu... et composé de multiples morceaux de mousse ;-( Une fois décousu, c'est trop tard, il faut terminer. Je stocke la mousse dans deux grands sacs plastiques, et je mets les housses au lavage, puis au séchage pendu à un fil au beau milieu de mon appartement. Une fois sec, opération inverse : couture !!

Alors c'est là que j'en profite pour ouvrir une parenthèse et en venir au thème de cet article. Je me préparais tranquillement à réaliser cette opération quand deux demoiselles viennent faire sonner ma messagerie instantanée. Je commence à tailler une bavette, très heureux d'avoir une si charmante visite et je leur explique ce que je m'apprêtait à faire...
ERREUR !!!
Exclamations, rire masqué, surprise... COMME SI LES HOMMES N'ÉTAIENT PAS CAPABLES DE COUDRE !!!!
Et bien SI !!!! La preuve en images :

L'arme du crime :

Après avoir bourré le coussin de mousse, on prépare la couture en fermant avec des aiguilles (les épingles c'est mieux mais j'avais pas) :

Ensuite, on utilise un point que j'ai appris en primaire (comme quoi ça sert d'aller à l'école) :

Le principe est simple, même si le dessin est moche. On maintient les deux cotés du tissu l'un contre l'autre.
Avec le fil et l'aiguille, on traverse le tissu aller et retour (1). Ensuite on recommence, mais on pique un peu plus loin (2). Au (3), on pique juste avant le retour du (1), et ainsi de suite.
En s'appliquant, on peut obtenir un fin liseré du plus bel effet sur mes coussins.
Le résultat est visible sur la première image, sur le bas du coussin. Qu'en pensez-vous ? Comme quoi je ne suis pas moins adroit de mes mains que la gente féminine. Non mais !!

Voilà, c'était la leçon de couture du jour. Pour la prochaine leçon, direction la cuisine :-)

PS : Si quelqu'un sait comment mon point de couture s'appelle, je me coucherai moins bête.